Le rapport divise la commission

140

Le représentant du RNDDH explique ne pas avoir signé le rapport de la commission d’évaluation électorale parce que sa demande d’une évaluation approfondie des résultats du scrutin n’a pas été retenue. Maître Gédéon Jean estime que vues les nombreuses irrégularités constatées, il est impossible d’écarter les suspicions de fraudes massives et donc d’aller plus avant comme le recommande le rapport. Il se dit en désaccord avec les conclusions du rapport dont il explique qu’il est le fruit du travail d’une commission et la synthèse d’avis divergents. Selon le représentant de RNDDH, les accusations de fraudes massives sont confirmées, ce qui pour lui justifie une vérification approfondie. Parmi les recommandations de la commission de vérification, un replâtrage de l’institution électorale tant au niveau du conseil que du personnel vacataire. Le mambo Euvonie Auguste qui était membre de la commission explique que le CEP n’a plus la légitimité nécessaire pour poursuivre le processus électoral. Le mambo Euvonie Auguste reconnait qu’un très grand nombre d’irrégularités frauduleuses ont été observées lors d’une scrutin, avec notamment un très grand nombre de citoyens qui ont voté sans carte ou en dehors des listes d’émargement. Elle s’interroge également sur la compétence des juristes appelés à écarter les procès verbaux frauduleux. EJ/Radio Métropole Haïti

Publicité