Le secrétaire général adjoint de l’OEA Luigi Einaudi attendu à Port-au-Prince ce mercredi 27 février.

243

Le médiateur de l’OEA dans la crise vient préparer le terrain en vue du déploiement de la mission d’enquête sur les évènements du 17 décembre dernier prévue dans la résolution du 15 janvier 2002.Pour Luigi Einaudi, il ne sera nullement question de négociations ,cette fois. Cette question est mise en veilleuse par la Convergence Démocratique depuis les évènements du 17 décembre dernier ( attaque du palais présidentiel par des inconnus armés et incendie des locaux de l’Opposition par des partisans du pouvoir ) et par l’Organisation des Etats Américains (OEA) depuis la décision du conseil permanent en janvier dernierM. Einaudi doit pendant son séjour de 48 heures à Port-au-Prince s’entretenir comme d’habitude avec le président Aristide, la Convergence Démocratique et la société civile. Les violences du 17 décembre qui ont fait un mort au Palais et deux autres aux Gonaïves et des dégats matériels importants dans les rangs de l’opposition doivent faire l’objet de plusieurs enquêtes nationales et internationales, celles de la commission interaméricaine des droits de l’homme et du gouvernement haïtien. A la mi-février, le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Josué Pierre Louis, avait annoncé avoir identifié les auteurs de ces actes . Le mardi 25 février 2002, le juge d’instruction Bernard Saint-Vil a annoncé avoir mis sous les verrous deux personnes dans le cadre de cette affaire, le magistrat n’a toutefois pas révélé leur identité .Bernard Saint-Vil indique avoir cité également pour la semaine prochaine trois autres personnes à comparaitre, le commissaire Anthony Nazaire du Palais national, Jean Raymond Philippe du service anti-gang et un responsable de l’Opposition, Paul Denis. La police avait présenté à la presse peu après le 17 décembre deux présumés auteurs des violences dont l’ancien colonel de l’armée, Guy François. Telles sont les informations disponibles, pour le moment, sur l’enquête annoncée par le gouvernement haïtien à un mois de la 32 ème session annuelle de l’OEA . A cette occasion ,le secrétaire général de l’organisation, César Gaviria, doit présenter un rapport sur la situation en Haïti . Les observateus politiques relèvent que le compte à rebours a commencé pour Haïti qui a jusqu’au 31 mars prochain pour reprendre les négociations, débloquer la crise, continuer avec l’OEA …l’incertitude demeure.

Publicité