Le système de patrouille conjointe Minustah-PNH est un atout pour les autorités

88

La collaboration entre les caques bleus et les policiers haïtiens a produit les résultats escomptés par les autorités haïtiennes et les responsables de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haïti (Minustah).Le porte parole de la UNpol, Fred Blaise, lors du point de presse hebdomadaire de la mission onusienne, s’était réjouit des résultats probants obtenus par les patrouilles conjointes Minustah –PNH dans les différentes régions de la capitale, particulièrement à Cité Soleil et Martissant.Parmi les 15 bandits appréhendés la semaine dernière 12 ont été pris dans les filets des patrouilles conjointes explique t-il.Cette collaboration a permis de faire baisser le taux de criminalité dans la région métropolitaine et les responsables onusiens anticipent une diminution considérable du nombre de kidnappings au cours de ce mois d’avril.8 cas ont été recensés au 26 avril contre une vingtaine au cours du mois de mars.Si les arrestations des chefs de gang en cavale tels ceux d’Evens Jeune ( sud est) et Belony Pierre ( Plateau central) ont été réalisé par des policiers haïtiens, la collaboration entre ces derniers et les casques bleus a facilité la capture d’une dizaine de bandits dans le quartier de Martissant la semaine dernière.L’un des plus grands symbole de l’étroite collaboration entre les soldats onusiens et les policiers nationaux est le bureau de la Minustah à Martissant.Dans ce quartier, autrefois champ de bataille des gangs rivaux, cette collaboration à permis le retour des résidents qui avaient fui la région.Selon les observateurs les bons résultats obtenus par les patrouilles de la PNH dans la lutte contre le banditisme, et le processus d’épuration de cette institution ont favorisé la mise en place de cette collaboration.Le porte parole de la PNH, Frantz Lerebours, a révélé hier que 545 policiers reconnus coupable de malversation ont été limogés au cours des 12 derniers mois.Il soutient que le haut commandement de l’institution policière a suspendu temporairement le processus d’épuration en raison du  » vetting », réalisé par les experts onusiens, qui permettra d’avoir un profil de chaque policier. Le renvoi des policiers corrompus, dont certains ont été récemment condamnés pour kidnapping, a permis à l’institution policière de jouir à nouveau de la confiance de la population estiment des experts.