L’envoyé spécial de Kofi Annan pour Haïti plaide en faveur d’élections dans un an et demi et d’un engagement international sur 20 ans

158

Il faudra attendre dix-huit (18) mois avant de tenir des élections en Haiti après le départ d’Aristide , c’est l’idée émise par l’envoyé spécial du Sécretaire Général des Nations Unies, Réginald Dumas, suite à une mission la semaine dernière dans le pays. L’envoyé Spécial du Secrétaire Général de l’ONU qui s’exprimait devant le Conseil de Sécurité, le mardi 30 mars 2004, estime qu’il faudra une transition de 18 mois avant l’organisation du scrutin. Pendant son séjour à Port-au-Prince, le diplomate a travaillé avec une équipe d’évaluation de l’ONU pour paver la voie au déploiement éventuel de soldats de la paix dans le pays afin d’ aider à sa reconstruction. L’Envoyé Spécial de Kofi Annan pour Haiti souhaite que la communauté internationale reste engagée dans le pays sur une période de 20 ans. Réginald Dumas déplore le mandat très court confié aux précédents missions dans lesquelles les haitiens n’étaient pas nécessairement impliqués et qui se sont soldées par un échec. L’Envoyé Spécial du Secrétaire Général de l’ONU pour Haiti fait remarquer que depuis 1994 une dizaine de missions des Nations Unies et de l’OEA ont été déployées dans le pays sans implication directe des Haitiens. Le diplomate Réginald Dumas qui préconise une mission d’une durée de 20 ans en Haiti croit que cette opération nécessitera un bon niveau de coordination et doit inclure la participation Haitienne .L’Envoyé Spécial du Secrétaire Général de l’ONU pour Haiti croit que le montage d’une telle opération ne peut être confié à une ou des agences des Nations Unies mais doit faire l’objet de discussions et de coopération pour éviter tout éventuel échec. Réginald Dumas qui vient de visiter Haiti estime que les institutions en matière de santé,d’éducation, de justice,des droits humains et de police sont pratiquement en faillite. L’Envoyé Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies Pour Haiti rapelle du même coup que les pays donateurs tardent à délier les cordons de la bourse pour financer le fonds d’urgence de 35 millions de dollars lancé par l’ONU pour venir en aide à Haiti.