Les anciens officiels peuvent exercer un recours international

507

Un officiel haïtien assure que les anciens dignitaires haïtiens sanctionnés peuvent exercer des recours auprès des instances internationales.
Le consul haïtien, Fritz Dorvilier, soutient qu’il ne s’agit pas de solliciter l’annulation de la résolution des Nations Unies mais de réclamer le respect de certains droits fondamentaux tels le droit à la propriété, la libre circulation des personnes et le droit à la défense.


Les anciens dirigeants et legislateurs épinglés dans la résolution 2653 peuvent dans ce cas recourir au conseil des droits de l’homme de l’ONU, et à la Cour interamericaine des droits de l’homme (CIDH) pour fournir des preuves de leur innocence.


Ancien consul d’Haïti à Montréal, le professeur Dorvilier indique que les anciens officiels suspectés peuvent également exercer des recours auprès des tribunaux haïtiens. Pour cela il faut que le gouvernement haïtien applique la résolution 2653 du conseil de sécurité.
L’état haïtien, à l’instar des autres membres, est tenu de respecter la résolution des nations unies.


Le Consul avait été rappelé de son poste sur requête du gouvernement canadien.
Il souligne que les sanctions du Canada comportent en plus de l’aspect légal des caractères politiques et géostrategiques.

LLM / radio Métropole Haïti

Publicité