Les déplacés de Martissant entre l’enclume et le marteau

724

Les agences gouvernementales haitiennes ne fournissent plus d’assistance alimentaire aux déplacés de la guerre des gangs de Martissant regroupés au Centre Sportif de Carrefour.
C’est une honte pour la république, se désole le maire de Carrefour, M. Jude Édouard Pierre qui tire la sonette d’alarme pour le ministère des affaires sociales et le Fonds d’assistance Économique et sociale (FAES).


L’aide fournie a été suspendue depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse le 7 juillet 2021.
Il souligne que l’administration communale ne dispose pas de ressources financières pour nourrir plus de 1 200 déplacés qui avaient tout perdu lors de leur fuite.


M. Pierre révèle que les déplacés bénéficient de l’aide des congrégations religieuses notamment protestantes et catholiques.
M. Pierre, qui est un agent exécutif intérimaire depuis la fin de son mandat, presse le gouvernement à exécuter un plan de relocalisation pour les déplacés.


Les conditions de vies des déplacés sont difficiles, concède M. Pierre qui reçoit également une aide de la Mairie de Port-au-Prince.

LLM / Métropole Haïti