Les droits de la défense sont en dangers affirme Patrick Laurent

636

La justice ne vit pas de scandale ni de vedettariat, affirme le juriste Patrick Laurent abordant le dossier du droit de la défense.
Ces droits ne sont nullement respectés en Haïti, se désole maître Patrick Laurent, conseiller juridique de radio Métropole.


Le juriste s’indigne du recours aux médias par des acteurs du systeme judiciaire. Des informations provenant des cabinets d’instruction sont diffusées sur les réseaux sociaux, regrete t-il faisant valoir qu’il s’agit de la violation du principe du secret de l’instruction.


Ces postures visent à manipuler l’opinion publique.
En outre des rapports réalisés par la police judiciaire pour le compte d’un juge instructeur sont diffusés dans les médias. Les rapports sollicités par le juge devrait être acheminés au juge concerné.


Les droits de la défense sont également bafoués en ce qui a trait aux convocations des officiels.
La législation haïtienne stipule que le juge instructeur doit obtenir un autorisation du chef de l’état pour interroger un ministre ou un directeur général.


De plus le juge instructeur doit acheminer son ordonnance au Parquet pour convoquer un témoin. Contrairement à la pratique le juge ne devrait pas exécuter lui même ses décisions.


Maître Laurent dénonce les dérives dans les tribunaux correctionnels, la Police judiciaire et les cabinet d’instruction en ce qui a trait au droit de la défense.
Les droits doivent être garantis qu’il s’agisse de poursuite de la Police judiciaire, d’un juge d’instruction ou d’une audience d’un tribunal.

LLM / radio Métropole Haïti

Publicité