Les gangs ont intensifié les violences en Haïti

369

Les gangs veulent compenser les pertes provoquées par les sanctions

Les sanctions financières du Canada contre des anciens officiels haïtiens ont eu de graves répercussions sur les gangs, raporte une organisation de défense des droits humains.
Les sanctions concernent moins d’une vingtaine de personalités influentes du secteur privé et de la classe politique.


De nouvelles sanctions multilatérales contre des personnes soupçonnées de supporter directement ou indirectement les gangs sont annoncées pour les prochaines semaines.


Dans son dernier rapport sur la violence, le centre d’analyse et de recherche en droits humains (CARDH) révèle que les gangs ont intensifié les violences afin de compenser les pertes enregistrées à cause des sanctions.
Selon le CARDH certaines entreprises peuvent verser jusqu’à 50 000 dollars américains à des groupes criminels.


Les gangs utilisent les fonds et les butins de crime pour faire le payrol et acheter des armes et munitions.


Au cours du Premier trimestre de cette année 389 cas de kidnapping ont été recensés.
Les gangs continuent leur offensive pour conquérir de nouveaux territoires. Le gang de Bel Air avait donné l’assaut contre le quartier de Solino en février. Le chef de ce gang, Kempes Sanon, allié de village de Dieu, veut s’accaparer d’un espace stratégique pour le transfert des victimes du kidnapping.


En outre afin de mieux coordonner leurs exactions de nouvelles alliances ont été créés notamment entre les gangs de Vitelhomme et de Ti Makak.
Ces deux gangs ont lancé de multiples offensive contre des quartiers de Pétion ville notamment, Metivier, Malin, Fort Jacques.

LLM / radio Métropole Haïti

Publicité