Les résidents de la Plaine sans secours fuient leurs quartiers

418

Les habitants de la Plaine du Cul-de-sac croyants ou non espèrent une intervention divine pour leur sortir de l’enfer.
Plus de 5 jours après le début des affrontements entre les gangs 400 Marozos et Chiens Méchants c’est toujours le silence radio auprès des autorités gouvernementales .


La direction de la protection civile (DPC) fait état d’un bilan partiel de 18 morts. Des témoignages rapportent un bilan plus lourd. Des personnes sont disparues et plusieurs maisons ont été incendiées.


Un grand nombre de déplacés se sont rassemblés à la place de Clercine et d’autres à la Mairie de Tabarre.


Ces gens ont fui les zones de combat emportant uniquement leurs vêtements.
Des déplacés expliquent qu’ils ont dû esquiver les bandits afin de pouvoir fuir la zone.


Le silence des autorités gouvernementales et policières est pesant pour les déplacés qui redoutent un scénario comme celui de Martissant.
Les routes sont bloquées par des barricades dressées soit par les bandits soit par des habitants.


Les personnes sur place commencent à manquer de la nourriture puisque les boutiques et marchés ne fonctionnent pas depuis 5 jours.
L’Office de la Protection du Citoyen a appelé les autorités à réagir afin de protéger la population de cette zone.


L’entrée nord de la capitale est pratiquement sous contrôle des gangs. Les quartiers de Pernier un peu plus haut et de route Neuf, Non loin de Cité Soleil, étaient déjà sous contrôle des groupes armés.

LLM / radio Métropole Haïti