Les habitants de la Plaine otages des gangs

300

Les habitants de La Plaine du Cul-de-sac veulent fuir l’enfer. On ne vit plus a expliqué à radio Métropole un résident de la zone. Les tirs d’armes automatiques continuent jour et nuit dans les quartiers de Santo, Duvivier, Butte Boyer, Marin, Shada, Croix des Missions.


Aucun bilan officiel des victimes n’a été communiqué par les autorités. Toutefois certaines sources font état de 18 personnes tuées dont 8 membres d’une même famille.


Les habitants entendent les tirs mais ne savent pas directement d’où ils proviennent.
On entend les tirs dans les feuilles des arbres, des douilles de projectiles sont récupérées dans les cours.


Un habitant explique qu’on ne peut s’approcher d’une fenêtre en raison des tirs nourris.
Selon des témoins les résidents se sont barricadés chez eux afin de se protéger.


Les routes sont bloquées par les gangs rivaux et les citoyens qui tentent de se défendre face à l’absence des forces de l’ordre.

Sortir est difficile et risquée. Des bandits attaquent des citoyens qui tentent de fuir la zone.
Des maisons ont été incendiées et ceux qui sont toujours sur place vivent avec la peur au ventre.


Les forces de l’ordre se tiennent à une certaine distance des zones d’affrontement. Les combats opposent les gangs de 400 marozos et de chiens méchants.
L’offensive des alliés de 400 Marozos vise à déloger Chiens Méchants que de nombreux citoyens considèrent comme des protecteurs.

LLM / Métropole Haïti