L’étau se resserre autour de fantôme 509

1579

Les autorités gouvernementales et policières haïtiennes s’évertuent à mettre en place l’arsenal juridique et à mobiliser l’opinion publique Nationale et internationale contre le groupe Fantôme 509 considéré comme une version du SPNH.


Fantôme est reconnu comme une organisation criminelle par l’ambassade des États Unis. Le chancelier haïtien, M. Claude Joseph, appele les autres missions diplomatique à emboîter le pas.


Nos pays amis doivent reconnaître fantôme comme une organisation criminelle, dit il soulignant que les actions de ce groupe sont inacceptables.


il soutient que cette décision sera prise avec toutes les conséquences que cela implique.
Il s’agit entre autre de restrictions sur les déplacements des membres de ce groupe.
Ils ne sont plus des policiers et sont recherchés par les forces de l’ordre.


Le ministre haïtien des affaires étrangères insiste sur la nécessité de rétablir la sécurité publique et assure que le gouvernement oeuvre en ce sens.
Il précise que la collaboration avec les pays étrangers est une pratique dans la lutte contre les organisations criminelles.
Nous avons informé les pays étrangers pour mettre en branle les procédures classiques en la matière, dit-il.


Entre temps les forces de l’ordre ont lancé des opérations en vue de capturer les membres de Fantôme 509.


De son côté l’avocat du SPNH, maître André Michel, qualifie d’illégal les avis de recherche émis à l’encontre des dirigeant du syndicat.
Le coordonnateur du syndicat, l’inspecteur divisionnaire Jean Elder Lundi, n’avait pas été remarqué lors d’un point de presse des avocats du syndicat.

LLM / radio Métropole Haïti

Publicité