L’OEA n’a pas adopté le plan de sortie de crise du Pouvoir Lavalas

198

Le Conseil Permanent de l’Oraganisation des Etats Américains (OEA) n’a pas adopté, le vendredi 2 août 2002 , le projet de résolution du gouvernement Lavalas faute de consensus. Ce plan de sortie de crise prévoit la réalisation d’élections législatives et locales durant l’année 2003 et le déblocage de l’assistance internationale. Selon des sources diplomatiques, l’Organisation Hémisphérique ne devrait aborder la question pas avant une semaine c’est-à-dire après le retour des principaux dirigeants de l’OEA de la population du nouveau président de la Bolivie. Le non-vote de la résolution élaborée par le Pouvoir Lavalas fait les affaires de la Convergence Démocratique. La principale coalition de l’Opposition estime qu’il s’agit d’un sursis pour la démocratie. La Convergence dit attendre les nouvelles instructions qu’aura à recevoir le médiateur Luigi Einaudi pour la suite des négociations. Le professeur Micha Gaillard soutient que le régime Lavalas est dans l’impasse d’autant que la communauté internationale ne peut cautionner les derniers développements préjuciables à la démocratie .M. Gaillard cite en exemple l’intervention du gouvernement dans la crise à l’université , l’épineux dossier des coopératives et les incidents des Gonaïves . De son côté, le Pouvoir Lavalas ne considère pas comme un revers le non vote à l’OEA de son projet de résolution . Le secrétaire d’Etat à la commuication, Mario Dupuy , affirme que le gouvernement est prêt à signer l’accord initial comme prévu mais s’interroge sur les relations entre les derniers bouleversements dans l’actualité en Haiti et « l’échec » de la réunion de l’OEA. M. Dupuy indique qu’à chaque avancée vers une sortie de crise , un évènement se produit dans le sens de la persistance de la crise . Interrogé par Radio Métropole sur le retard mis par les autorités à réagir face à l’attaque du commissariat des Gonaïves , d’ailleurs annoncée par les membres d’Organisations Populaires (OP) pro Amiot Métayer, M. Dupuy s’est contenté d’indiquer que les autorités enquêtaient sur la question .

Publicité