L’Unicef préoccupé par les déportations de migrants

317

L’Unicef est préoccupé par les conditions de vies des familles haitiennes expulsées de la frontière américano mexicaine vers Haïti.
Selon des estimations préliminaires plus de 2/3 des migrants déportés vers Port-au-Prince sont des femmes et des enfants.


Certains d’entre eux sont des nouveaux nés avec des besoins spécifiques et immédiats.


Haïti souffre d’une triple tragédies de désastres naturels, de violence des gangs et de pandémie du covid, a expliqué Henrietta Fore, directeur exécutif de l’Unicef.


Quand des enfants et des familles sont expulsés sans protection adéquate ils se retrouvent dans une situation plus vulnérable que la violence, la pauvreté et le déplacement.
Selon des données collectées en Haïti et au Mexique un grand nombre d’enfants de moins de 10 ans sont nés à l’étranger ou ils ont passé la plus grande partie de leur vie à l’extérieur d’Haiti.


L’Unicef est également préoccupé par la situation des haïtiens à Del Rio au Texas où 40% des migrants sont des enfants.
Ils vivent dans des conditions inadéquates et ont besoin de support humanitaire de de base.


En Haïti l’Unicef va fournir un appui psychosocial, des services de protection et des matériels d’éducation en collaboration avec les autorités locales.


L’Unicef recommande aux acteurs d’éviter tout recours à la violence, de maintenir les familles ensemble et répondre aux besoins des migrants avant toute décision de déportation.

LLM / radio Metropole Haiti