Martelly annonce que le dossier des forces armées sera soumis aux législateurs

78

Le président haïtien Michel Martelly se défend de vouloir écarter le Parlement dans le cadre du processus de reconstitution des forces armées d’Haïti.Réagissant aux critiques de certains élus sur la politique sécuritaire de son gouvernement, M. Martelly a fait valoir que l’institution Forces Armées d’Haïti (FAD’H) existe puisque prévue par la constitution. Il assure que le document qui a été soumis aux bailleurs de fonds s’inscrit dans le cadre des préparatifs pour la mise en place de cette force de défense.M. Martelly se réjouit d’avoir pu en 4 mois obtenir des succès sur des sujets où des gouvernements antérieurs avaient échoué pendant plusieurs années. Le chef d’Etat soutient qu’il utilise son temps pour agir et non discourir.Dans la perspective du retrait prochaine de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti le président Martelly veut lancer dans les prochaines semaines le recrutement pour les forces armées.Il soutient que de nombreux jeunes sont prêts à s’engager au sein de la force de défense. Selon le document communiqué aux medias par des diplomates, la nouvelle force de défense comptera 3 500 personnes en 2013.Un recrutement initial de 500 personnes est envisagé au cours des prochaines semaines. Le plan de mise en œuvre de cette nouvelle force tient compte de l’apport éventuel de la Minustah quant à sa participation à la formation des recrues et à la disponibilité de ses bases pour les séances de formation et d’entraînement. La création de la nouvelle force armée nationale coûtera 50 millions de dollars américains. Il faut ajouter à ce montant 15 millions pour l’indemnisation des militaires démobilisés et 30 millions pour un service civique mixte obligatoire. LLM / radio Métropole Haïti