Martelly envisage un conseil électoral permanent conjoncturel

126

Une rencontre de plus de 8 heures hier à l’hôtel Montana n’a pas permis au chef de l’Etat et aux sénateurs de trouver un consensus autour de la formation du Conseil Electoral Permanent (CEP).Cependant le président Michel Martelly a accueilli favorablement la proposition de formation d’un CEP conjoncturel. Le chef de l’Etat accepte partiellement la formule du sénateur Andrice Riché qui avait préconisé un conseil électoral conjoncturel sans les membres actuels du CEP. La formule de CEP conjoncturel pourrait permettre de garder les 6 membres déjà en fonction et facilitera la tache aux parlementaires qui pourraient ainsi trouver une formule pour designer leurs trois représentants au CEP.Ce serait un compromis politique, déclare M. Martelly faisant remarquer que les trois représentants du législatif siégeront à titre provisoire. Rejetant les propositions de renvoi du CEP, le locataire du Palais National a rappelé que l’exécutif ne peut s’immiscer dans les affaires du législatif et du judiciaire.Il faut réaliser des efforts pour rétablir la confiance des acteurs politiques a l’égard du processus électoral et des institutions insiste t-il. 17 sénateurs avaient pris part a cette rencontre. Les sénateurs Maxime Roumer, Wesner Polycarpe et Moise Jean Charles n’avaient pas répondu à l’invitation. Le vice président du Sénat, Andrice Riché considère que la rencontre a permis de faire des avancées dans les discussions.Les parlementaires devront faire une proposition au chef de l’Etat, a laissé entendre M. Riché. La seconde proposition relative à la formation d’un conseil électoral provisoire est également envisagée par les sénateurs. Nous sommes sur la bonne voie, a martelé le vice président du Sénat se réjouissant que le chef de l’Etat ait souscrit à sa proposition. De son coté, le sénateur Francisco De Lacruz supporte l’idée de formation d’un Conseil électoral provisoire.Il souligne que la constitution comporte des provisions pour la formation d’un conseil provisoire ce qui n’est pas le cas pour un conseil permanent conjoncturel. LLM / radio Métropole Haïti

Publicité