Martelly et l’opposition divisés sur la rentrée parlementaire

125

Poursuite de la confrontation entre le chef de l’état haïtien, Michel Martelly et les leaders de l’Opposition sur la rentrée parlementaire. Le président Martelly assure que l’ouverture de la première session ordinaire de la 50 eme législature sera effective le lundi 11 janvier.En début de semaine le président Martelly avait publié dans le journal officiel Le Moniteur les noms des 14 élus au Sénat et des 92 élus à la Chambre des députés. Il affirme ainsi jouer sa partition dans le processus électoral.Le chef de l’état dit être dans l’attente des résultats définitifs pour les municipales afin de les publier dans le journal officiel. Toutefois l’Opposition semble vouloir s’opposer à la tenue d’une assemblée nationale pour l’entrée en fonction des membres de la 50 eme législature. L’ex président du Sénat, Desras Simon Dieuseul, souligne que plusieurs sénateurs élus de l’Opposition ne sont pas disposés à cautionner un acte illégal.Il rappelle que les pouvoirs des élus doivent être validés par les deux branches du Parlement. Pour M. Desras le processus de validation des pouvoirs peut prendre 24 heures puisque les sénateurs doivent tenir compte des plaintes des citoyens. De son coté, le sénateur Anick François Joseph de l’Organisation du Peuple en Lutte (OPL) soutient que la rentrée parlementaire se fera lorsque les pouvoirs des élus auront été validés.Il rappelle qu’au Sénat la première étape consiste en l’enregistrement des nouveaux élus auprès du secrétariat.Ces élus que le sénateur Joseph qualifie de  » pré parlementaires » devront obtenir la validation de leurs pouvoirs par l’assemblée avant leur prestation de serment. La quasi-totalité des élus ont obtenu hier leurs certificats d’élection auprès de l’organisme électoral.A partir de ce vendredi les élus devraient débuter la seconde étape relative à l’enregistrement auprès du secrétariat des chambres. LLM / radio Métropole Haïti

Publicité