Nouvelle remise d’armes par des partisans d’Aristide

285

Une nouvelle opération de remise volontaire d’armes à la Police Nationale d’Haïti (PNH), la troisième organisée depuis le départ du président déchu Jean Bertrand Aristide le mois dernier, s’est déroulée samedi (27 mars 2004) dans le quartier populaire de la Saline à Port-au-Prince, a constaté l’AFP. Une vingtaine d’armes, des fusils, des pistolets, un pistolet mitrailleur israélien Uzi et pour la première fois deux fusils d’assaut américains, ont été remises à deux responsables de la PNH. Cette opération s’est déroulée avec l’aide des membres de « l’action civilo-militaire » française de la force multinationale travaillant en liaison avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et une organisation non gouvernementale, le Centre d’appui à la jeunesse (Cedaj). Elle était fondée sur le principe de la remise volontaire d’armes en échange de travaux socio communautaires et de réhabilitation du quartier. Les deux précédentes opération de remises volontaires d’armes avaient eu lieu à Cité Soleil, principal bidonville de la capitale, où une trentaine d’armes légères avaient été symboliquement remises par des partisans du président déchu le 17 mars, puis aux Gonaïves (nord-ouest) où d’anciens partisans de M. Aristide passés à la rébellion armée avaient remis quelques armes lors de la visite du Premier ministre Gérard Latortue. « John », 20 ans, a montré à l’AFP le pistolet qu’il a remis samedi à la police. « Nous avons besoin de paix, d’encadrement et d’assainissement pour empêcher les maladies », a-t-il expliqué, montrant la boue couvrant les voiesd’accès au quartier. « Je suis un partisan du président Aristide mais il est parti, et si le nouveau gouvernement s’occupe de nous avec un hôpital, des écoles, des docteurs et du travail, nous l’appuierons », poursuit-il.

Publicité