Osner Fevry plaide pour une implication directe de l’État dans le canal 

212

Le juriste Osner Fevry recommande aux élites politiques, religieuses et économiques de faire pression sur le gouvernement haïtien pour qu’il appuie ouvertement la construction du canal. 

Il constate que le gouvernement commence timidement, dans les discours, à appuyer la détermination de la population.  

Le Premier Ministre Ariel Henry par devant l’ONU et l’ambassadeur Léon Charles par devant l’OEA, ont fait valoir que la construction du canal ne s’arrêtera pas.

De plus il note que des instances de l’État notamment le BSAP et la Police Nationale sont sur place.  Ceci n’est visiblement pas suffisant puisque des organes spécialisées dans ce secteur ne sont pas sur place.

Le moment est venu d’agir,  souligne M. Fevry pour qui les groupes de pression et les forces morales doivent pousser le gouvernement à prendre une position plus claire. Il préconise notamment l’implication des équipes du ministère des travaux publics.

En outre maître Fevry conteste les critiques relatives à l’illégalité en raison de l’initiative citoyenne.  

Il a fait valoir que les ouvriers s’evertuent à poursuivre les travaux lancés par l’administration de Jovenel Moïse en 2018.

À son avis il s’agit de continuité d’un chantier lancé par un gouvernement légitime.

Il redoute que les critiques non justifiées ne découragent les citoyens qui ont pris en main leur destin. C’est légitime que le peuple prenne en main ce canal et d’autres canaux,  argue t-il. LLM / radio Métropole Haïti 

Publicité