Plusieurs entreprises du textile sont en faillite

661

Le secteur textile est frappé de plein fouet par la crise sociopolitique.
M. Dominique Saint Eloi, coordonnateur de la centrale Nationale des Ouvriers Haitiens, est catégorique ; le secteur de la sous traitance n’est plus en mesure de générer des emplois.
Des milliers d’ouvriers ont perdu leurs emplois au cours des derniers mois notamment en raison des vols de containers par des gangs armés à la Croix des Bouquets.


Trois usines ont été purement et simplement fermées à Ouanaminthe et plus de 4 000 ouvriers ont perdu leur emploi à Caracol.
Il estime que plus de 18 000 ouvriers ont été licenciés depuis le début de l’année.


Outre l’insécurité, d’autres facteurs externes provoquent la fermeture des usines. Il s’agit entre autres des difficultés de vente du coton sur le marché international. Par ailleurs la pandémie du Covid a fortement perturbé la demande de produits dans cette filière.


De son côté Pierre Thelemaque soutient que les conditions de vies des ouvriers se sont dégradées en raison du manque d’intrants dans les usines.
De nombreuses entreprises ont réduit leur personnel suite à la baisse des commandes des clients étrangers.


De plus il explique que l’ajustement du salaire minimum n’a pas permis aux ouvriers de gagner plus d’argent.
Les dépenses pour le transport notamment absorbent la quasi-totalité des revenus.
Il faudrait au moins 1 000 gourdes par jour pour le transport et la nourriture.

LLM / radio Métropole Haïti

Publicité