Rencontre entre la communauté internationale et le nouveau premier ministre

217

Le premier ministre Yvon Neptune réitère son engagement devant la communauté internationale de mener une politique d’ouverture pour faciliter la résolution de la crise politique. Le chef du gouvernement Lavalas qui recevait, le jeudi 21 mars 2002, les membres du corps diplomatique en ses bureaux se dit prêt à répondre à certaines exigences qui doivent déboucher sur une sortie de crise. Yvon Neptune qui était accompagné du ministre Marc Louis Bazin chargé des négociations souhaite aussi le support de la communauté internationale dans la recherche d’une solution à l’impasse actuelle. Pour sa part, le représentant du secrétaire général de l’OEA en Haïti, Sergio Roméro Cuevas, a qualifié de positifs les discours d’ouverture prononcés par le premier ministre et le chef de l’Etat à l’occasion de l’installation du nouveau gouvernement. M. Roméro Cuevas qui s’exprimait au nom du corps diplomatique a émis le voeu que les initiatives en cours permettent de rétablir un climat propice à la reprise des négociations. Dans une interview accordée un peu plus tôt à Radio Métropole, M. Romero Cuevas a précisé que la communauté internationale accueille l’arrivée du cabinet Neptune avec intérêt car , précise-t-il, la signature d’un accord pourrait achopper sur une impasse sans l’existence d’un gouvernement. « Ce n’est qu’un partenaire avec qui on doit travailler pour faciliter les négociations et l’application de tout accord « , explique le représentant du secrétaire général de l’OEA en Haïti . A cette rencontre avec le nouveau chef du gouvernement , la communauté internationale était représentée par la quasi-totalité des ambassadeurs du groupe des pays amis d’Haïti et d’autres diplomates et représentants d’agences internationales sur le terrain. Un diplomate a confié à Radio Métropole que la réunion s’est bien déroulée et indiqué que le premier ministre s’est montré ouvert et favorable à la reprise du dialogue. Ce diplomate souligne que la communauté internationale souhaite que le gouvernement passe de la parole aux actes.

Publicité