Reporter Sans Frontières critique le projet de radio de la Minustah

202

Le secrétaire général de Reporter Sans Frontières, Robert Ménard, critique la décision des responsables de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haïti ( Minustah) de lancer une station de radio en Haïti. M Ménard qualifie d’inopportune et de stupide les déclarations du directeur de communication de la Minustah, David Wimhurst, faisant état de la partialité des medias haïtiens. Il croit que l’Onu ne doit pas comparer la presse haïtienne à celles des autres pays en conflit tels la République Démocratique du Congo et le Timor. » Il ne sait pas de quoi il parle, la radio en Haïti c’est une histoire, ce sont de grands professionnels », soutient M Ménard précisant que la déclaration de M Wimhurst est une stupidité. Le secrétaire général de Reporter Sans Frontières affirme que la Minustah a pour devoir de renforcer les institutions et non de se substituer à elles. » On ne doit pas rejeter d’un revers de main le travail réalisé pendant des décennies par des professionnels qui n’ont de leçon à recevoir de personne », ajoute t-il.  » Cette décision ne s’inscrit pas dans une logique visant à renforcer les institutions, souligne Robert Ménard expliquant qu’on ne construit pas la démocratie à la place des gens, on ne construit pas les medias à la place des professionnels ».Le secrétaire général de RSF rappelle que des centaines de professionnels travaillent en Haïti, notant que certains d’entre eux ont payé de leur vie leur courage dans l’exercice de leur profession. Il estime que la Minustah a intérêt à renforcer les medias haïtiens et contribuer à leur développement.

Publicité