Reprise des négociations dans l’immédiat? non, dit la Convergence

187

La Convergence Démocratique a renouvelé, le lundi 10 juin 2002, son indisponibilité à reprendre les discussions politiques dans l’immédiat, alors que le médiateur de l’OEA, Luigi Einaudi, est de retour à Port-au-Prince comme prévu. La principale coalition de l’Opposition se veut intraitable vis-à-vis des auteurs des violences du 17 décembre 2001 et demande à l’organisation hémisphérique de tenir parole. Réuni autour d’une même table, tout le directoire de la Convergence Démocratique dit non à la reprise des discussions politiques dans le contexte actuel . “ La Convergence s’abstient de participer aux négociations avec Lavalas en l’absence de mesures concrètes dans l’esprit de la résolution 806 de l’OEA” a rappelé Hubert De Ronceray, l’un des dirigeants de l’Opposition. Le regroupement de partis de l’Opposition parait surpris d’apprendre que Luigi Einaudi est revenu ce 10 juin pour des negociations entre les protagonistes . Pour Gérard Pierre Charles , cela ne peut être qu’un malentendu. Le dirigeant de l’Organisation du Peuple en Lutte (OPL), veut croire que l’Opposition a été assez clair soulignant que les conditions ne sont pas réunies pour le retour à la table des discussions. Et ces conditions , rappelle M. Pierre Charles, ne sont autres que celles imposées par l’Organisation des Etats Américains dans sa résolution du 15 janvier dernier sur la crise haitienne notamment l’arrestation des auteurs des évènements du 17 décembre 2001 ( attaque du Palais Présidentiel par des inconnus armés et incendie des locaux des principaux parties de l’Opposition par des partisans du pouvoir Lavalas ) . Hubert De Ronceray parle de conditions minimales: “ nous réclamons l’arrestation des assassins des journalistes Jean Léopold Dominique, de Brignol Lindor, l’arrestation des lavalas qui ont incendié les locaux de l’Opposition, le désarmenent de tous les et réparation pour toutes les victimes des violences des évènements du 17 décembre 2001” . Mais au delà de cette position, la Convergence Démocratique dit renouveler son attachement à la tenue de véritables négociations devant aboutir à la conclusion d’un accord politique , au renforcement de la de la démocratie dans le pays , au respect des droits humains et au dégel de l’aide internationale .

Publicité