Retour imminent d’Haïti au sein du FMI (ministre de l’Economie)

145

Le retour d’Haïti au sein du Fonds monétaire international (FMI) pour négocier un plan de soutien est imminent, a annoncé mardi à Lima le ministre haïtien de l’Economie et des Finances Henri Bazin, à l’occasion de l’assemblée générale de la Banque interméricaine de développement (BID). « Le gouvernement va reprendre très prochainement le dialogue avec le FMI pour étudier les modalités d’un accord qui permette de négocier, dans un délai déterminé, un programme en faveur de la croissance et de la lutte contre la pauvreté », a-t-il indiqué dans son intervention devant les déléguéss des 46 pay américains, européens, plus le Japon, qui participent à la réunion de la BID. Cette institution financière est le principal instrument de crédit pour les politiques structurelles en Amérique latine et aux Caraïbes. Le ministre a aussi exprimé le souhait d’obtenir le soutien d’autres entités multilatérales à son gouvernement. « Nous espérons que d’autres partenaires se joindront à nos efforts pour réduire le déficit budgétaire et combattre la pauvreté », a-t-il insisté. Il a aussi indiqué que la BID « était disposée à reprendre ses activités en Haïti dans un délai très proche, à savoir à partir du moment où seront désignés les responsables des projets approuvés l’an dernier ». Rappelant que près de la moitié de la population de son pays vit sous le seuil de pauvreté, le ministre a souligné qu’Haïti était confronté à de graves problèmes de sécurité aux formes très variées. Il a confirmé que le gouvernement de Boniface Alexandre était déterminé à organiser des élections dans un délai maximun de 24 mois. « Le gouvernement auquel j’ai l’honneur d’appartenir a le mandat d’organiser des élections honnêtes et démocratiques dans un délai maximun de deux ans et, entre-temps, de jeter les bases d’une meilleure gestion de l’administration publique », a-t-il souligné. Les priorités du gouvernement actuel sont, a-t-il précisé, de prendre « des mesures urgentes pour créer des emplois, réduire le coût de la vie, travailler à une planification et réduire de la sorte la pauvreté extrême ». LIMA, 30 mars 2004 (AFP)