Sécheresse : le Bas Nord-ouest menacé de famine

124

La situation est devenue si critique qu’il a fallu procéder d’urgence à des opérations de distribution d’aide alimentaire, de la mi-mars au début d’avril 2014, particulièrement dans la bourgade de La Plaine, située dans la 4eme section communale de Mahotière (commune de Port-de-Paix). Du riz, de l’huile, du haricot et du sel ont été distribués pour permettre aux quelque 2 000 habitants de tenir le coup, face à la rude sécheresse qui frappe le Bas Nord-ouest depuis plusieurs mois. Ces distributions qui se sont tenues du 15 mars au 3 avril, ont bénéficié à 164,000 personnes vulnérables incluant des femmes et des enfants. Chaque bénéficiaire a reçu une ration familiale de 45 jours incluant des céréales, de l’huile fortifiée et du sel iodé. Cet effort fait partie d’une réponse plus large du Gouvernement d’Haïti et des Nations Unies à l’insécurité alimentaire et la malnutrition croissante dans la zone. Conformément aux recommandations de la Coordination nationale pour la sécurité alimentaire (CNSA), plusieurs organisations nationales et internationales se sont mobilisées pour apporter une réponse d’urgence aux populations affectées. La réponse inclut des distributions de rations alimentaires d’urgence, la distribution de coupons permettant l’achat de produits alimentaires de base et la mise en place d’activités « argent contre travail » (cash for work) ciblant les familles les plus vulnérables. De plus, le ministère de l’Agriculture appuyé par la FAO va mettre des semences vivrières à la disposition des exploitations agricoles familiales les plus touchées et une assistance en semences plus résistantes aux sécheresses sera apportée à plusieurs groupements de production artisanale, en vue de réduire les risques futurs de perte de production. D’autres acteurs, comme la DINEPA et l’UNICEF étudient des interventions dans le domaine de l’eau et de l’assainissement à travers des programmes de constructions de latrines, de réhabilitation de réseaux d’eau et de forages de puits dans les zones touchées. Les effets combinés de la mauvaise performance des saisons agricoles d’hiver et de printemps, la sécheresse prolongée depuis novembre 2013 et la période de soudure précoce et prolongée ont, selon les experts, gravement affecté la sécurité alimentaire de la population.Les évaluations menées en février 2014 par la CNSA ont fait état d’une détérioration accrue de la sécurité alimentaire dans la région, particulièrement dans les communes de Baie de Henne, Bombardopolis, Jean Rabel et de Môle St Nicolas. Selon les résultats de l’Enquête nationale de sécurité alimentaire nutritionnelle (ENSAN, 2013), sur une population de plus de 660.000 habitants, 43% des ménages du département souffrent d’insécurité alimentaire contre une moyenne nationale de 30%. La réponse à cette situation d’urgence et à l’insécurité alimentaire globale du pays reste très limitée, en raison notamment d’un manque des ressources. « Nous appelons à une plus grande contribution des partenaires d’Haïti afin d’apporter une réponse durable à la situation dans le Nord-ouest dans le cadre global de la lutte contre l’insécurité alimentaire qui touche encore 600 000 personnes dans le pays », a indiqué Hébert Docteur, Conseiller spécial du Premier Ministre pour la sécurité alimentaire.Source : MINUSTAH Crédit photo : Vicky Delore Ndjeuga – UN/MINUSTAH