Un institut medico légal est une urgence

334

C’est l’une des graves anomalies de l’État haïtien, l’absence d’un institut medico légale. De nombreux spécialistes en sécurité ne cessent de tirer la sonnette d’alarme sur la nécessité d’appliquer les dispositions légales en la matière.


Aux yeux de M. Reginald Delva, c’est une urgence. Il déclare que l’Institut medico légale est le laboratoire que les médecins légistes doivent utiliser pour faire la lumière sur les crimes.


Les juges doivent se référer à des médecins légistes pour déterminer de manière scientifique la cause d’un décès.
Il soutient que les décisions de justice ne peuvent reposer sur des évaluations des policiers.


L’ex ministre de l’intérieur dénonce des pratiques abracadabrantes en ce qui a trait à des décès. Il n’y a pas d’autopsie alors qu’il faudrait une investigation de la police scientifique sur chaque chaque mort suspecte.


L’Institut medico légale doit travailler de concert avec la police scientifique.
M. Delva souligne qu’aux États Unis des tissus ou des spécimens sont prélevés afin de réaliser des examens au laboratoire après l’inhumation.


Comment peut on savoir si c’est une overdose ou une crise cardiaque qui a provoqué la mort.
M. Delva lance une fois de plus un pressant appel aux autorités pour corriger cette anomalie. Ce problème doit être adressé en toute urgence, dit-il rappelant qu’il s’agit de violation de droits humains.
En outre l’absence d’un institut medico légale entraine une hausse de la détention préventive prolongée puisque les juges ne peuvent réaliser les investigations avec célérité.

LLM / radio Métropole Haïti

Publicité