Un nombre important de diplomates menacent de ne pas prendre part à la cérémonie officielle du 1er janvier aux Gonaïves

127

La grande majorité des diplomates hésiteraient à se rendre aux Gonaïves ,le 1er janvier 2003 , en signe de protestation à la gestion par le gouvernement du dossier de l’évadé Amiot Métayer. En effet , plusieurs représentants de la Communauté Internationale qui ont reçu une invitation du Président Jean Bertrand Aristide ne seraient pas disposés à participer à la cérémonie commémorative du 199 ème anniversaire de l’Indépendance . Selon une source digne de foi , bon nombre de représentants du Corps Diplomatique dénoncent la situation de non droit régnant dans la Cité de l’Indépendance où le fugitif et puissant chef d’Organisations Populaires (OP), Amiot Métayer , dirigeant de « l’Armée Cannibale », impose sa loi . Toujours selon la source , les diplomates entendent envoyer un message politique au Président Aristide en protestant contre l’anarchie qui prédomine dans la Cité de l’Indépendance . Le Nonce Apostolique , Luigi Bonazzi, qui devrait être l’un des rares diplomates à faire le déplacement reconnait que le dossier Amiot Métayer est un sujet de préoccupation à la fois pour la Communauté Internationale et la Société Haitienne . Monseigneur Bonazzi fait remarquer que le nom d’Amiot Métayer , évadé de prison aux Gonaïves , le 2 août 2002 , figure dans le rapport de la commission d’enquête de l’OEA sur les évènements du 17 décembre 2001 comme un des auteurs de ces violences sur l’Opposition . Récemment , Amiot Métayer a forcé le représentant de l’Exécutif, Kenaze Jean Baptiste Saint Pierre, à démissionner . Cette dernière a été remplacée par Ketelin Thélémaque par le président de la République. Le nom de M. Thélémaque avait été proposé au Pouvoir par le puissant chef d’OP, Amiot Métayer. Suite aux appels répétés de la Communauté Internationale au retour de la loi aux Gonaives , le Pouvoir Lavalas a indiqué qu’il n’avait pas de leçons à recevoir de l’International. L’Exécutif affirme vouloir éviter toute effusion de sang dans la Cité de l’Indépendance .