Un sénateur propose l’élaboration d’un plan de consolidation du secteur coopératif

281

Le sénateur Lavalas Prince Pierre Sonson préconise une politique de redressement des coopératives en difficulté depuis plusieurs mois . Le parlementaire contesté recommande à l’Exécutif de prendre en charge la situation avec rationalité . Prince Pierre Sonson qui participait au forum sur l’économie au Centre Haitien de Presse (CHP), le mercredi 31 juillet 2002, avec le député Etzer Valentin , soutient qu’il faut un plan gouvernemental pour mettre de l’ordre dans ce secteur de l’économie. Le président de la Commission Finances du Sénat demande au Pouvoir d’assumer ses responsabilités face aux sociétaires à l’occasion de la réouverture des classes au début du mois de septembre. Au cours de cette rencontre avec la presse , le sénateur Prince est revenu sur des déclarations faites le dimanche 28 juillet dernier sur la chaine de télévision  » Télémax  » où il affirmait que le président de la République , Jean Bertrand Aristide, ne verserait pas directement aux sociétaires bafoués leur argent, contrairement à ce que croit plus d’un . Pour sa part, le président de la Commission Coopérative à la Chambre Basse , le député Etzer Valentin , estime que personne ne peut remettre en question la volonté exprimée par le chef de l’Etat concernant le remboursement des fonds aux sociétaires victimes d’escroquerie. M. Valentin lance un appel au calme à l’endroit des déposants ruinés par les coopératives . La Banque Centrale planche actuellement sur le dossier de la restructuration des coopératives en faillite. Selon le vice-gouverneur de la Banque de la République (BRH), Hancy Pierre Louis, un groupe d’experts travaille avec l’institut d’émission pour mettre en place les structures adéquates dans le but de contrôler le fonctionnement des caisses populaires. Les responsables gouvernementaux ont annoncé la signature de deux (2) accords avec des coopératives en difficulté et des sociétaires ruinés , le vendredi 19 juillet 2002 . A en croire le gouvernement , les déposants devront faire preuve de grande patience et de persévérance s’ils veulent récupérer une partie de leurs capitaux. Pour l’heure, les instances concernées reçoivent les plaintes des sociétaires et travaillent en étroite collaboration avec le Conseil National des Coopératives (CNC) en vue de faire une estimation. Et en fonction de cette évaluation, le gouvernement déterminera les modalités de la restitution qui doit se faire sous forme d’avance, selon le ministre des finances Faubert Gustave qui avait précisé que les décaissements limités ne se feraient pas du jour au lendemain. Le président Jean Bertrand Aristide a récemment affirmé que le Trésor Public financera le dédommagement des sociétaires lésés qui devraient , selon lui , disposer d’une certaine somme avant la rentrée scolaire de septembre . L’Initiative des Coopératives (INICOOP) évalue à six (6) milliards de gourdes la dette à rembourser par l’Etat aux sociétaires victimes d’escroquerie .

Publicité