Un syndicaliste dénonce le marché noir orchestré par des opérateurs économiques

593

Le syndicaliste, Jacques Anderson Décroches, alerte sur le désordre dans le secteur pétrolier haïtien.
Il révèle que certaines stations à essence vendent le galon de gazoline au delà de 500 gourdes.

Assurant qu’il a lui même vérifié ces tarifs illégaux le syndicaliste soutient qu’en réalité ces propriétaires de stations à essence ne font que répercuter la hausse des prix sur les chauffeurs.
Les prix réels du galon de galon seraient autour de 350 gourdes, confie M. Décroches dans une interview à radio Métropole.


Cette hausse de plus de 100 gourdes n’a pas été décidée par les autorités étatiques.
M. Desroches presse le gouvernement de réagir afin de ramener l’ordre.


Pour lui il n’existe pas de pénurie de carburant mais un marché noir garanti par le gouvernement.
Il tire la sonette d’alarme jugeant que cette pénurie artificielle pourrait s’intensifier dans les prochains mois.


M. Desroches fait remarquer que les conséquences de cette pénurie sont énormes sur la population.
Pkas d’un million de chauffeurs de taxi moto ne peuvent plus nourrir leur famille, a t-il laissé entendre. LLM / radio Métropole Haïti

Publicité