Un syndicaliste dénonce une mafia du secteur pétrolier

552


Le syndicaliste Jacques Anderson Desroches, jette un pavé dans la marre. Il qualifie de mafia une frange du secteur pétrolier à ses yeux responsable des pénuries récurrentes de carburant.
De l’avis de M. Desroches une frange importante des importateurs et des distributeurs de produits pétroliers ainsi que des commerçants réalisent d’énormes profits en raison de la vente des produits pétroliers sur le marché informel.


Il rejette les arguments des importateurs relatifs aux pertes liées à la forte hausse du taux de change de la gourde par rapport au dollar. Il assure que la BRH met des millions de dollars à la disposition des importateurs. Selon M. Desroches certains acteurs réalisent des profits de l’ordre de 1000% sur la commercialisation du carburant.


Il se dit détesté par les membres de cette mafia mécontents de ces dénonciations.
Le syndicaliste recommande une action énergique de l’Etat haïtien pour défendre les citoyens. Parmi les solutions proposées figure la traçabilité des camions citernes.


Les transporteurs représentent un maillon important dans la chaine du marché noir. La crise sécuritaire est bénéfique pour les acteurs de cette mafia, juge M. Desroches assurant que ces acteurs n’ont aucun intérêt à vendre le carburant dans les stations à essence.


Aux yeux de M. Desroches la descente aux enfers pour les automobilistes et transporteurs a débuté suite au départ des compagnies pétrolières étrangères. Il regrette les départs de Shell et de Texaco et plus tard de Total.


Actuellement le marché haïtien est contrôlé par 5 compagnies. Toutefois les compagnies Bandary et Dynassa détiennent plus de 78% du marché.

LLM / radio Métropole Haïti

Publicité