USA-Humanitarian Parole : Plus de 580 mille dossiers en attente de traitement pour les haïtiens

789
humanitarian parole application - approved

Des documents internes des Services de Citoyenneté et d’Immigration des Etats-Unis d’Amérique (USCIS) obtenus par CBS révèlent que les États-Unis sont confrontés à plus de 1,5 million de demandes de parrainage de migrants en provenance de Cuba, d’Haïti, du Nicaragua et du Venezuela. Les demandeurs haïtiens se trouvent en tête de liste dans le cadre de l’exécution du programme de libération conditionnelle par l’administration Biden-Harris.

L’augmentation massive des demandes a créé un arriéré et une pression considérable sur les agents de l’USCIS. Pour faire face à cette situation, l’USCIS a mis en place un système de loterie pour traiter la moitié des demandes mensuellement, tandis que l’autre moitié sera traitée selon le principe du premier arrivé, premier servi.

Les chiffres montrent qu’il y a plus de 580 000 cas en attente pour les Haïtiens, plus de 380 000 pour les Cubains, près de 120 000 pour les Vénézuéliens et plus de 20 000 pour les Nicaraguayens à la fin d’avril. Bien que le programme ait contribué à réduire les passages illégaux de la frontière, le flux de demandes dépasse le plafond mensuel fixé à 30 000, ce qui constitue un défi pour fournir une alternative légale aux passages illégaux.

Le Département de la Sécurité intérieure reconnaît les temps d’attente importants et n’a pas encore annoncé de plans pour augmenter le nombre d’admissions mensuelles. Cependant, le programme de parrainage est confronté à des défis juridiques de la part d’États dirigés par des républicains qui remettent en question l’autorité de l’administration à utiliser la libération conditionnelle pour l’admission de migrants en dehors du système de visa régulier.

Si le programme est bloqué devant les tribunaux, cela pourrait affecter la volonté du Mexique de continuer à accepter le retour de migrants. Bien que les passages illégaux aient atteint des niveaux record, ils ont diminué récemment en raison de divers facteurs, notamment la levée de certaines restrictions de santé publique, des critères d’asile plus stricts et la coopération des autorités mexicaines et guatémaltèques dans la gestion de la migration vers la frontière américaine.

Notons que le programme permet aux citoyens américains et aux résidents de parrainer financièrement des migrants, qui reçoivent ensuite des permis de travail de deux ans.

Marvens Pierre

Publicité