La sécheresse impacte les prix des produits alimentaires

322

Le Réseau de systèmes d’alerte précoce contre la famine (FEWS NET) fait état d’une hausse des prix des produits de premières nécessités dans les divers marchés publics.
Les prix du riz importé, du maïs, de l’huile de cuisson et du haricot ont connu une forte hausse au cours drs dernières semaines.


Il s’agit notamment des conséquences de la sécheresse imprévue de mai.

Entre mars et avril, des conditions pluviométriques ont favorisé les plantations et le développement des cultures de printemps. Mais le mois de mai est marqué par des pluies inférieures à la moyenne, dans presque tout le pays, malgré l’augmentation des précipitations à la deuxième décade. Celle-ci favorise un accroissement de l’humidité des sols facilitant une végétation autour de la moyenne, explique Fews net dans un communiqué.


Par ailleurs la forte détérioration du climat sécuritaire a influencé les prix.

Les gangs contrôlent de plus en plus de territoires (Ouest, Centre, Sud, Nord-Ouest, Artibonite) affectant les activités économiques et surtout l’approvisionnement des marchés réduisant ainsi l’accès physique aux ménages Les opportunités de revenus informels pour les ménages issus des quartiers précaires, s’en trouvent impactées.

Les moyens d’existence sont toujours perturbés, en raison surtout du prix élevé des prix des produits de base, et du manque d’opportunité d’emplois. Les ménages très pauvres continueront donc d’adopter des stratégies de crise ou de stress pour maintenir le niveau actuel de leur consommation alimentaire. Une insécurité alimentaire de Crise (IPC Phase 3) et de Stress (IPC Phase 2), s’observe donc dans la plupart des régions.

LLM / Métropole Haïti