ANAPROSS : La fermeture des stations comme ultime recours

534

Se dirige-t-on vers une nouvelle pénurie de carburant ? C’est ce qu’aurait pu supposer un observateur se trouvant devant les stations services ouvertes ce mercredi matin. Les gallons jaunes ont fait leur réapparition et les véhicules se pressent pour faire le plein.

Jusqu’ici l’annonce d’une fermeture pour protester contre l’enlèvement d’un responsable de station dimanche dernier à Mariani ne concerne que les pompes affiliées à l’Association Nationale des Propriétaires de Stations de Service (ANAPROSS). Mais le mouvement pourrait bien s’étendre à d’autres acteurs du secteur du carburant dans le pays. C’est du moins ce que souhaite Marc Antoine Lesi qui intervenait ce mercredi matin sur les ondes de Radio Métropole :

« Lorsque les kidnappeurs s’en prennent à un acteur du secteur, ils s’en prennent à l’ensemble du secteur. Nous devons marquer le coup collectivement sinon nous deviendrons l’objet d’un racket permanent. Ainsi j’appelle les responsables des compagnies pétrolières et des autres réseaux de stations services à interrompre leurs activités. »

Le responsable de l’ANAPROSS révèle que la situation de la victime, Jean Marc Mondestin est critique. Malade, il n’a pu suivre son traitement depuis son enlèvement, précise-t-il.

De même Marc Antoine Lesi s’élève contre la rançon phénoménale de 500 millions de dollars réclamée par les bandits pour libérer leur victime.

« Vue la situation dans laquelle il se trouve, Jean Marc Mondestin ne pourrait même pas payer 100  mille dollars. Notre ultime recours est donc ce blocage des activités pour obliger les ravisseurs à le libérer sans condition. »

Dans les jours qui viennent nous pourrons constater si le blocage des stations se généralise. Mais d’ores et déjà on peut se poser une question : La solution au phénomène du kidnapping consiste-t-elle à prendre l’ensemble des citoyens en otage chaque fois qu’un professionnel est enlevé ? Individuellement comme collectivement on peut douter que ce soit la meilleure route à prendre.

AL /Radio Métropole