Antonio Guterres prend acte du manque d’efficacité du Gouvernement haïtien dans la gestion de la crise sécuritaire

284

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, exprime sa crainte que la tenue du référendum constitutionnel retarde celle des élections générales prévues en 2021, dans son rapport périodique soumis au conseil de sécurité de l’ONU le 11 juin dernier et rendu public ces derniers jours.

Par ailleurs, il appelle les parties prenantes de la crise à « ne ménager aucun effort pour parvenir à un consensus qui permette l’organisation de ces scrutins ».

Dans ce cadre, l’ONU se dit prête à contribuer à mettre en place les conditions nécessaires pour parvenir au consensus recherché.

Par ailleurs, abordant la question de l’insécurité, le secrétaire général Antonio Guterres, souligne les limites de l’approche policière pour endiguer les activités des bandes organisées.

Condamnant les violences criminelles qui ont conduit au déplacement de millier de personnes dans certains quartiers, il  prend acte du manque d’efficacité des autorités et de l’incapacité du Gouvernement à avancer dans la lutte contre l’insécurité. Il les appelle a redoubler d’efforts  pour protéger la population ainsi qu’à améliorer le contexte socioéconomique et politique actuel, qui est selon lui propice à l’activité de ces groupes.

Enfin Antonio Gutteres demande à la communauté internationale de combler le déficit de financement humanitaire afin que l’aide dont ont besoin les 1,5 million de personnes les plus vulnérables en Haïti, puisse être fournie.

AL/Radio Métropole