Crise à l’Université d’Etat d’Haïti à la veille de l’élection d’un nouveau conseil

258

Des étudiants mettent la pression sur les dirigeants de l’Université d’Etat d’Haïti(UEH). Un groupe d’étudiants de plusieurs facultés ont entamé une grève de la faim contre la présence du recteur sortant, Pierre Marie Paquiot dans la course à un second mandat. L’opération a été menée tôt dans la matinée du mercredi 24 juillet 2002 au local du Rectorat de l’UEH à Port-au-Prince. Les sept (7) étudiants grévistes ,couchés à même le sol, réclament également une réforme en profondeur de l’institution universitaire. Ils affirment qu’ils n’entendent pas lâcher prise si leurs revendications ne sont pas satisfaites. Ce mercredi 24 juillet, il n’y avait qu’une trentaine d’étudiants environ à avoir accès au local du rectorat de l’Université d’Etat d’Haïti. Les membres du comité inter-faculté et autres organisations d’étudiants venus apporter leur soutien aux grévistes expliquent que c’est un mouvement pacifique. Ils appellent les responsables du rectorat à assumer la sécurité des grévistes. Le coordonateur général du comité inter-faculté, Prince Guichard, indique que le mouvement de protestation des étudiants n’est pas de nature politique. Il s’agit de la concrétisation d’une revendication en faveur de la jeunesse estudiantine du pays: une vraie réforme de l’Université d’Etat d’Haïti, une université autonome accessible à tous, soutient M. Prince. Ce dernier fait appel au gouvernement pour qu’il assume ses responsabilités dans cette crise au sein de l’UEH et se dit prêt à mourir pour empêcher la réelection de Pierre Paquiot. Cette grève de la faim de ce groupe d’étudiants intervient à la veille de l’élection du recteur et du vice-recteur aux affaires académiques prévue pour le vendredi 26 juillet 2002. Cette crise au sein de l’UEH dure déjà plusieurs mois. Cependant, depuis la tenue du premier tour des élections il y a environ un mois, des étudiants n’ont de cesse protesté contre l’organisation du scrutin qui a déjà permis à Fritz Deshommes le poste de Vice-recteur à la recherche. L’attitude des étudiants est dénoncée par les responsables de l’UEH. Dans une note en date du 24 juillet, le Conseil de l’Université d’Etat d’Haïti dit condamner avec fermeté le fait que, tôt dans la matinée du 24 juillet 2002, des individus ont pénétré par effraction et occupent indûment l’enceinte du rectorat de l’Université d’Etat d’Haïti. De tels agissements sont inacceptables dans une institution qui fonctionne selon des principes démocratiques, affirme un communiqué du rectorat de l’UEH. Le conseil de l’UEH demande instamment aux individus occupant l’enceinte du rectorat de vider les lieux sans délai.

Publicité