Des firmes américaines au chevet du secteur coopératif

259

Le secteur de coopératives en proie à une grave crise de confiance est à la recherche d’un second souffle. Des firmes américaines semblent disposer à aider ce domaine à se redresser. Les réprésentants des deux (2) sociétés américaines , Bridgepoint Capital Ressources Incorporated et de Prism ont rencontré à ce sujet le premier ministre Yvon Neptune , la semaine écoulée, qui leur a conseillé de travailler de concert avec le Conseil National des Coopératives (CNC). L’information a été révélée à Radio Métropole par l’Initiative des Coopératives (INICOOP). Le secrétaire général de cette association, Zaché Michel II, croit que dans un mois la crise sera résolue. M. Michel II précise que les firmes recueillent des données financières et administratives afin de pouvoir se prononcer . Ces données concernent notamment des informations sur la gestion calamiteuse de plusieurs coopératives et la disparition des fonds des sociétaires . Pendant ce temps , L’Initiative des Coopératives (INICOOP) met en doute la capacité de l’Etat à rembourser l’ensemble des sociétaires victimes d’escroquerie. L’INICOOP soutient que cette dette d’environ 6 milliards de gourdes (environ 200 millions de dollars américains) dépasse de loin les capacités du trésor public évaluées à 75 millions de dollars américains .Tout en affirmant ne pas vouloir polémiquer avec le président Aristide , le secrétaire général de l’INICOOP estime qu’il faut rectifier le tir . Le président Jean Bertrand Aristide avait annoncé le 3 juillet dernier le lancement cette semaine du processus de dédommagement des sociétaires victimes d’escroquerie . Pour le président de la République , tous ceux qui ont déposé de l’argent dans des coopératives d’épargne et de crédit aujourd’hui fermées ou en faillite, peu importe le nom ou l’adresse, obtiendront leur dû, c’est l’essentiel , a dit M. Aristide qui avait invité les sociétaires en difficulté à garder leur livret . En ce qui a trait au processus de dédommagement, Jean Bertrand Aristide avait dit le confier à deux (2) personnalités importantes de l’Etat, le commissaire du gouvernement Josué Pierre Louis et le directeur général du Conseil National des Coopératives (CNC), Henriot Pétiotte. Une partie de l’argent est déjà disponible , avait révélé Jean Bertrand Aristide qui dit s’être déjà entendu avec le premier ministre Yvon Neptune, le ministre des finances Faubert Gustave sur le montant global à allouer aux personnes bafouées .Cependant, le chef de l’Etat n’a pas révélé l’origine des fonds qui seront donnés aux déposants . Les économistes estiment que l’Etat va faire à la Banque Centrale et cette situation , selon eux , risque d’aggraver le déficit budgétaire .

Publicité