Des syndicats mettent en garde contre une hausse des prix de l’essence

458

La pénurie de carburant est énigmatique.
En dépit de la hausse des prix, l’essence n’est pas disponible dans les stations de service de la région métropolitaine de Port-au-Prince. Et pourtant des vendeurs ambulants disposent de quantité importante de produits pétroliers.


Ces derniers jours de nombreux dirigeants de syndicat de transport en commun ont lancé des mises en garde contre une hausse des prix de l’essence. Des acteurs du secteur ne cessent de réclamer des ajustements en vue d’obtenir des marges substantielle de bénéfice.


Dans le même temps des compagnies pétrolières ont menacé de réclamer les paiements en dollar afin de mettre un terme aux pertes liées aux fluctuation du taux de change de la gourde par rapport au dollar.


En réaction des syndicaliste font valoir que la vente du carburant en dollar, est illégale et ne peut être envisagée.
De plus cette démarche ferait passer le galon de gazoline se 570 à plus de 900 gourdes.
Ceci est impossible prévient un syndicaliste jugeant que la démarche des compagnies pétrolières et des distributeurs est dobtenir une nouvelle hausse des prix de l’essence.


À son avis les opérateurs du secteur pétrolier sont insatisfaits des bénéfices réalisés après la récente hausse de prix.
Il prévient que tout nouvelle hausse peut déboucher sur un éclatement social pire que les épisodes de peyi lok.
Pour eux la solution réside dans un contrôle du taux de change.

LLM / r Métropole Haïti

Publicité