Deux sismologues expriment leur inquiétude concernant le sud d’Haïti

4532

Les deux plus hautes autorités dans le domaine de la sismologie travaillant en Haïti, à savoir l’ingénieur Claude Prépetit, responsable du Bureau des Mines et le géophysicien français Eric Calais, ont exprimé leurs  préoccupations ce mercredi 12 janvier, jour anniversaire du séisme de 2010.

« Actuellement nous constatons une augmentation des petits séismes autour des différentes failles qui traversent le pays, ce qui nous inquiète. Aujourd’hui il faut absolument disposer d’un plan de prévention au niveau national » estime le directeur général du Bureau des Mines et de l’Énergie.

Même son de cloche de la part du professeur Eric Calais qui analyse les données sismique du pays depuis des décennies :

« Je suis très inquiet pour le grand Sud où l’on vient d’avoir un séisme majeur qui risque d’en entrainer d’autres en réaction dans des zones proches. Le danger est réel mais n’est pas perçu par les responsables politiques. »

Dans la situation actuelle, avec un état faible et un parlement inexistant, il est difficile d’imaginer que des décisions fortes soient prises par les autorités, alors que le code national du bâtiment haïtien moisit dans les tiroirs du parlement depuis 10 ans. En ce sens le scientifique français prône implication de la société civile dans la gestion du risque sismique.

Un programme d’installation de sismographes chez des particuliers est en cours pour mieux détecter les tremblements de terre. Mais il y a encore beaucoup à faire pour augmenter le niveau de conscientisation de la population reconnaissent les deux sismologues.

AL/Radio Métropole