Les Nations Unies condamnent fermement les meurtres des journalistes Amady John Wesley et Wilguens Louissaint.

303

 Le système des Nations Unies condamne fermement les meurtres des journalistes Amady John Wesley et Wilguens Louissaint, tués le jeudi 6 janvier 2022 alors qu’ils enregistraient un reportage sur la violence gangrénant Port-au-Prince. Les Nations Unies demandent aux autorités haïtiennes d’enquêter sur ces crimes et de s’assurer que les responsables soient traduits en justice.

Amady John Wesley et Wilguens Louissaint ont été tués alors qu’ils enquêtaient auprès de gangs opérant dans la localité de Laboule 12, située dans la commune de Pétionville.

Ces meurtres illustrent les risques que prennent au quotidien les journalistes haïtiens pour exercer leur métier en toute indépendance et informer tant la population du pays que la communauté internationale des exactions commises par les gangs armés, en particulier dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. 

Le travail des journalistes est indispensable pour garantir le droit fondamental à la liberté d’expression et la liberté d’information pour tous. Le système des Nations Unies exhorte les autorités à garantir ces libertés et demande au système judiciaire de mettre fin à l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes en Haïti.