Evénements du 19 février : le Premier ministre n’entend pas démissionner

148

Le Premier ministre Gérard Latortue écarte toute idée de démission après la spectaculaire et massive évasion du 19 février dernier au Pénitencier National, à Port-au-Prince. S’exprimant pour la première fois dans la presse, le mardi 22 février, depuis les évènements de samedi dernier, M. Latortue a vivement dénoncé les secteurs politiques qui réclament aujourd’hui son départ. Le chef du gouvernement affirme haut et fort qu’il ne démissionnera pas en dépit des appels lancés par certains groupes politiques. Gérard Latortue n’a pas maché ses mots contre ces dirigeants politiques qui n’ont, selon lui, aucun support populaire. « Ceux qui veulent mon départ sont opposés à la démocratie, à la politique de lutte contre la corruption, le monopole et à la politique de réconciliation nationale menée par le gouvernement au bénéfice du peuple haïtien », affirme Gérard Latortue qui annonce qu’il « est prêt à aller aux barricades » pour défendre cette politique incluant l’ensemble du pays et non la capitale. Le chef du gouvernement s’en est également pris « à ceux qui veulent contrôler l’économie du pays ». M. Latortue dénonce l’exploitation à « des fins politiciennes » de l’évasion dans une prison. Un fait qui se produit dans tous les pays, précise le Premier ministre avant de souligner que son gouvernement va tirer les leçons des événements du 19 février.Gérard Latortue annonce des mesures de redressement pour éviter toute nouvelle évasion au niveau de la prison centrale. Parmi les mesures, le retour de l’uniforme bariolée avec matricule.

Publicité