Gangs en Haïti, l’ascension financière incontrôlée

373

Un récent rapport émanant de l’Initiative mondiale contre le crime organisé transnational, basée à Genève, met en lumière une tendance inquiétante observée chez les gangs en Haïti. Selon ce rapport, ces groupes criminels connaissent une transformation significative, passant d’entités relativement désorganisées à des acteurs économiquement autonomes et de plus en plus influents.

Les conclusions de cette étude indiquent que les gangs haïtiens ont désormais recours à diverses sources de financement, comprenant des contributions financières provenant d’entreprises privées, de résidents locaux et même des familles de victimes d’enlèvements. Les montants en jeu sont considérables, s’élevant parfois jusqu’à 20 000 dollars par semaine, témoignant de l’ampleur de leur autonomie économique.

Parallèlement, les points de contrôle des gangs, présents en nombre sur les principales routes menant à la capitale, sont devenus des sources de revenus importantes pour ces organisations criminelles. Ils parviennent à collecter jusqu’à 8 000 dollars par jour, soulignant ainsi leur influence croissante sur l’économie locale.

En outre, le rapport met en lumière l’industrie des enlèvements, particulièrement active dans certaines zones sensibles telles que Cité Soleil et Canaan. Cette activité criminelle est estimée à générer environ 25 millions de dollars par an, selon des estimations prudentes.

Plus préoccupant encore, des informations font état de trafic d’organes dans ces mêmes régions, illustrant l’ampleur des activités criminelles qui sévissent dans le pays.

Face à cette montée en puissance économique des gangs en Haïti, les autorités locales et la communauté internationale sont confrontées à des défis considérables pour assurer la stabilité et la sécurité du pays.

Marvens Pierre

Publicité