Hausse prochaine des prix de l’essence

407

Le gouvernement haïtien est à la recherche du bon timing et de l’approbation des acteurs du secteur pétrolier pour ajuster les prix du carburant.
Le ministre des finances, M. Michel Patrick Boisvert, est sans équivoque la hausse des prix des produits pétroliers est inévitable.
L’état ne peut continuer à subventionner les prix de l’essence à la pompe.


Déjà l’état accorde une subvention de 400 gourdes sur le galon de gazoline, de 200 gourdes sur le diesel et de 200 gourdes sur le kérosène.
Si rien n’est fait l’état ne pourra plus honorer ses dettes envers les compagnies pétrolières qui ne pourront plus importer les hydrocarbures.


On est déjà à un niveau de subvention insurportable, martèle M. Boisvert, expliquant que l’état ne pourra mobiliser à la fois plus de 3 milliards de gourdes pour les programmes sociaux et subventionner les prix de l’essence.


Le gouvernement ne peut appliquer la loi de 1995 qui prévoit d’ajuster les prix à chaque hausse de 5% du prix du baril de pétrole.
En décembre 2021 la hausse des prix avait provoqué une onde de choc économique pour les vulnérables.

Aujourd’hui on ne peut reprendre les mêmes erreurs.
C’est difficile d’ajuster les prix, reconnaît le grand argentier de la République lors d’une interview à radio Métropole.


Le gouvernement a déjà lancé les programmes d’assistance sociale afin d’atténuer l’impact de la hausse des prix sur les couches vulnérables de la population.
Ces projets seront gérés par le ministère des affaires sociales.

LLM / radio Métropole Haïti