Jean Bertrand Aristide de retour avec la méthode “ zéro tolérance “

292

Le Chef de l’Etat, Jean Bertrand Aristide relance la formule “ zéro tolérance “ .A l’occasion de son allocution pour la fête du Drapeau à l’Arcahaie , le 18 mai 2002, M. Aristide , a insisté sur la lutte contre la corruption à l’intérieur et en dehors de l’administration publique . Jean Bertrand Aristide a posé la question à ces partisans à savoir : est-ce que la méthode “ zéro tolérance “ doit uniquement s’appliquer dans les rues avant de leur demander si le message avait été bien reçu . L’application de la méthode “ zéro tolérance “ est le dixième point d’une série de mesures annoncées par Jean Bertrand Aristide pour renforcer l’appareil judiciaire et combattre l’impunité dont la nomination de nouveaux juges , la création de la commission de lutte contre la drogue et la mise sur pied de l’unité de contrôle des ressources financières . L’Opposition dénonce le retour à la méthode “zéro tolérance “ prônée par le président Aristide . Le dirigeant de l’Organisation du Peuple en Lutte (OPL) , Gérard Pierre Charles et la Convergence rappelle les nombreux abus commis par les partisans du pouvoir Lavalas en appliquant cette formule . Le professeur Pierre Charles rappelle notamment le triste sort subi par le journaliste Brignol Lindor à Petit-Goave , le 3 décembre 2001 . Le confrère avait été lynché par des partisans du pouvoir réunis au sein d’une Organisation Populaire (OP) dénommée “Domi nan Bwa” . Le responsable de l’OPL estime que le discours du 18 mai de Jean Bertrand Aristide est dépassé car en un jour aussi important pour la nation l’accent devrait être surtout mis sur l’unité . L’’organisation de défense des droits humains (NCHR) estime que le message lancé par le Chef de l’Etat ,le 18 mai 2002, sur la formule “ zéro tolérance “ prête à équivoque . Le dirigeant de la National Coaliton for Haitian Rights, Pierre Espérance , demande à Jean Bertrand Aristide de préciser sa pensée.

Publicité