Jean Bertrand Aristide rencontre la presse menacée par ses partisans

222

Le président Jean Bertrand Aristide s’est entretenu le lundi 7 janvier 2002 au Palais National avec les responsables de médias et les journalistes . Cette rencontre était axée sur les graves menaces qui pèsent sur la liberté de la presse ainsi que sur les cas d’agressions dont sont victimes les journalistes. En donnant le coup d’envoi de la réunion , le président Aristide a invité les membres de la corporation à s’exprimer en toute liberté sur les difficultés rencontrées ces derniers temps. Les patrons de presse et les journalistes ont dénoncé l’intolérance qui caractérise les déclarations de certains responsables lavalas et des sympathisans du parti au pouvoir à l’endroit de la presse. Ils ont clairement fait comprendre au chef de l’Etat que la presse est aujourd’hui menacée et que la peur est sur les lèvres de tous les journalistes . Les dirigeants des médias et les journalistes ont aussi condamné le fait que les auteurs des actes d’agression contre la presse courent encore les rues sans être inquiétés. Ils ont réclamé une fois de plus justice pour Jean Léopold Dominique et Brignol Lindor lâchement assassinés respectivement le 3 avril 2000 et le 3 décembre 2001. Le président Aristide s’est engagé à faire respecter la liberté de la presse qui est aujourd’hui mise à rude épreuve par des membres d’Organisations Populaires (OP) proches du pouvoir lavalas. Le chef de l’Etat a exhorté entre autres les responsables des pouvoirs publics à acepter les critiques qui leur sont formulées via les médias. Jean Bertrand Aristide a aussi invité les journalistes à sortir de la peur et à exercer leur métier selon les prescrits de la Constitution de 1987. Il a enfin appelé tous les secteurs du pays à cultiver la tolérance.

Publicité