Jocelerme Privert dénonce les charges de corruption :  »perfidie et légèreté », selon l’ancien Président provisoire d’Haïti

403

L’ancien Président Provisoire de la République d’Haïti, M. Jocelerme Privert, s’est exprimé lors de son passage à l’émission « Le Point » de Radio Télé Métropole le mercredi 3 janvier 2024. Il a vivement critiqué les initiatives du Juge instructeur Al Duniel Dimanche, qualifiant ses actions de perfidie et de légèreté, tout en dénonçant son incompétence. Privert a également pointé du doigt les manœuvres dissimulées derrière le dossier de corruption au sein du Conseil National de l’Éthique (CNE).

L’ancien sénateur des Nippes a souligné que la Constitution définit la juridiction compétente pour instruire les affaires impliquant les Présidents, les Premiers ministres, les ministres et les Directeurs généraux pour des crimes commis dans l’exercice de leurs fonctions. Privert, déjà entouré de sa batterie d’avocats, a minimisé le mandat de comparution émis contre lui.

Selon Jocelerme Privert, les tribunaux ordinaires pourraient intervenir uniquement après une reconnaissance de culpabilité par la juridiction compétente. Il a rappelé que le Président de la République n’est pas responsable de l’administration publique, soulignant que cette responsabilité incombe au chef du gouvernement, conformément à la Constitution.

Les 36 hauts dignitaires de l’État impliqués dans cette affaire de corruption devront répondre aux questions du juge concernant les présumés actes de corruption. Dans une note publique, Privert a affirmé que son nom n’a jamais été cité dans un rapport d’audits de gestion ou d’enquêtes administratives au cours des 40 dernières années.

« En tant que citoyen haïtien jouissant de la plénitude de mes droits et libertés, garantis par la Constitution de mon pays, je dénonce publiquement cette association malicieuse de mon nom aux démarches malveillantes et tendancieuses dudit Juge, » a déclaré M. Privert.

Marvens Pierre

Publicité