La Banque mondiale approuve 20 millions de dollars en faveur d’ Haïti

414

 Le Conseil d’administration de la Banque mondiale annonce dans un communiqué qu’elle  a approuvé le jeudi un financement additionnel de 20 millions de dollars pour le Projet de renforcement des soins de santé primaires et de la surveillance en Haïti (PROSYS).

 Il vise à accroître l’utilisation des services de soins de santé primaires dans certaines zones géographiques et à renforcer la capacité de surveillance des maladies, en particulier le choléra.

« L’accès à des soins de santé de qualité est fondamental pour atténuer le cycle de pauvreté, renforcer le capital humain d’Haïti et aider les générations futures à atteindre leur plein potentiel », a dit Laurent Msellati, chef des opérations de la Banque mondiale en Haiti. « Haïti a éliminé le cholera avec succès, aucun cas n’ayant été détecté au cours des trois dernières années ; cependant, des efforts supplémentaires sont nécessaires dans d’autres domaines, car moins de la moitié des enfants sont complètement vaccinés et seulement un tiers des femmes accouchent dans des établissements de santé.”

Au lendemain du tremblement de terre d’août 2021, la Banque mondiale a rapidement réaffecté 20 millions de dollars du projet PROSYS pour couvrir environ 65 % des coûts totaux des besoins de reconstruction dans le secteur de la santé évalués à 31 millions de dollars dans le document d’Evaluation des besoins post-catastrophe (PDNA). Ces fonds soutiennent la reconstruction et la réhabilitation d’environ 30 infrastructures de santé endommagées dans les trois départements touchés par le séisme dont les Nippes, le Sud et la Grand’Anse, bénéficiant directement à plus de 650 000 personnes. La réaffectation des fonds permet également de fournir des équipements et fournitures aux structures sanitaires réhabilitées et de soutenir la coordination des acteurs impliqués dans les activités de reconstruction dans le secteur.

Ce financement additionnel constitue un renflouement des fonds réaffectés en raison de l’urgence. Il financera des activités ciblées telles que le renforcement des réseaux de référencement vers les soins de santé primaires, la fourniture d’incitations aux prestataires de soins de santé et l’augmentation de leur responsabilité par le biais du programme de « financement basé sur les résultats ». Il contribuera également à maintenir la capacité nationale de surveillance et de réponse du gouvernement dans la lutte contre les maladies infectieuses telles que la diphtérie et la rougeole.

Le projet initial de renforcement des soins de santé primaires et de la surveillance en Haïti a été approuvé par le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale le 16 mai 2019, pour un montant général de 70 millions de dollars – 55 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA) et 15 millions de dollars du Mécanisme de financement mondial (GFF) – en vue d’accroître l’utilisation des services de soins de santé primaires essentiels et de renforcer la capacité de surveillance.