La cathédrale transitoire de Port-au-Prince a été la cible des bandits.

325

Si c’était nécessaire les bandits de la région métropolitaine de Port-au-Prince ont donné la preuve qu’ils font peu de cas des religieux et des lieux de culte.
En moins de 72 heures une église et la cathédrale transitoire de Port-au-Prince ont été la cible des bandits.


Le dimanche 24 juillet 2022, un officier de police a été tué dans l’enceinte de l’église Assemblée de Dieu de Meyer à la Croix des Bouquets. Les bandits ont tabassé des fidèles et volé des téléphones portables. Ils ont ensuite exigé la fermeture de l’église.


Hier des bandits du G9, selon les leaders de l’église catholique, ont utilisé des engins lourds pour briser les barrières et incendié une partie de la cathédrale transitoire.


Il s’agit de véritable sacrilège contre les deux plus importantes organisations religieuses haitiennes.


D’autres incidents ont été enregistrés attestant d’un certain maque de respect pour les croyants.
À Martissant des bandits ont tiré sur un groupe de fidèles qui realisaient des préparatifs pour une activités d’évangélisation en plein air.
Une personne a été tuée lors de la fusillade. Les religieux ont expliqué qu’ils avaient pourtant obtenu l’autorisation du chef de gang de Martissant.


Pourtant les leaders protestants peinent à réagir face à cette résurgence de la violence contre les églises. De nombreux pasteurs se chamaillaient à propos du protocole d’ordination de l’évêque Gregory Toussaint au lieu de défendre les fidèles meurtris et abattus.

LLM / radio Métropole Haïti