Port-au-Prince, un vrai champ de bataille

259

La capitale haïtienne est transformée depuis plusieurs mois en un véritable champ de bataille entre des gangs armés qui veulent étendre leur territoire.
Hier des affrontements on eu lieu entre des gangs du G9 et GPEP principalement dans le quartier du Bel Air.
Des médias ont rapporté au moins deux morts. Les forces de l’ordre, notamment des unités de l’Udmo, étaient intervenues pour bloquer la progression des bandits lourdement armés.


Les activités économiques étaient totalement paralysées au centre ville de Port-au-Prince.


Les bandits semblent disposer d’équipements lourds qui leur ont permis de casser la barrière de la cathédrale transitoire et d’y mettre le feu.
L’intervention des sapeurs pompiers a permis de circonscrire les flammes.


Dans le même temps à Martissant des tirs nourris ont été entendus attestant de la poursuite des hostilités entre les gangs de Ti Bois et Grand Ravine.


Sur le boulevard Jean Jacques Dessalines les bandits exigeaient le versement d’un montant pour traverser le quartier qu’ils contrôlent et qui est devenu un désert. Certains camions de marchandises sont détournés vers leur repaire de Grand Ravine.


Au Nord de la capitale des bandes armées contrôlaient le bidonville de Canaan. A l’instar de Martissant ils exigent de l’argent des automobilistes pour traverser le quartier.


Croix des Bouquets est plus que jamais sous le contrôle des 400 Marozos qui ont récemment incendié le Parquet.


À Cité Soleil les riverains ont noté une accalmie. Toutefois la situation demeure dramatique et de nombreux résidents sont pris au piège et ne peuvent fuir les zones de combat. Des habitants redoutent une reprise prochaine des affrontements entre les gangs de G9 et GPEP.


Dans l’artibonite les offensives des bandits de Savien ont repris dans la zone notamment à Petite Rivière. Au moins une dizaine de personnes avaient été tuées lors des récents heurts. Le comité de défense de la zone avait lancé des appels aux forces de l’ordre pour ramener la paix et empêcher une prise de contrôle de la route nationale par les bandits.

LLM / radio Métropole Haïti