La justice kenyanne peut retarder la mission

180

Le spécialiste en relation internationale,  M. Pierre Antoine Louis, est extrêmement surpris de la décision de la haute Cour du Kenya d’interdire le déploiement de policiers en Haiti.  Il soutient qu’en 30 ans de carrière c’est la première fois qu’il est confronté à ce type de décision.  En règle général il revient à l’exécutif et au législatif de décider de l’envoi de troupes.
Toutefois M. Louis juge que cette décision peut retarder mais non bloquer la mission multinationale. Considérant les déclarations de l’ambassadeur du Kenya à lONU faisant état de l’avancement du processus,  M. Louis prédit un recours en appel par le gouvernement Kenyan. 
Il admet que si le contentieux parvient à la cour suprême il aura accumulé un retard de plus de 6 mois. Interrogé sur la possibilité d’envisager une autre option,  le juriste signale que le conseil de sécurité peut le cas échéant désigner un autre pays pour assumer le leadership de la mission.
M. Louis s’indigne que les haïtiens soient réduits à quémander une aide internationale pour leur sécurité.  Le vrai problème est l’incapacité des élites à prendre en main la gouvernance de la nation,  ajoute t-il.  LLM / radio Métropole Haïti

Publicité