Un spécialiste craint un retrait du Kenya de la mission

183

Les appréhensions de M.  Fritz Dorvilier se sont avérées.
Le spécialiste en relation internationale craignait que la justice Kenyanne fasse avorter le projet de déploiement des forces de police.
Il estime que la décision de la haute Cour du Kenya est constitutionnelle. Le gouvernement dispose de prérogatives que pour déployer des militaires à l’étranger,  dit-il laissant entendre que les policiers doivent demeurer sur le territoire.
Aux yeux de M. Dorvilier le gouvernement kenyan doit se raviser et déployer des soldats au sein de la mission multinationale de soutien à la sécurité. Le spécialiste considère que le délai sera long pour exercer des recours devant les cours d’appel et suprême.
Si le Kenya ne parvient pas à se libérer,  le spécialiste souligne que le conseil de sécurité des nations unies a d’autres cartes en main.  La résolution de l’ONU laisse une porte ouverte pour qu’un autre état puisse prendre les commandes de la mission.
Toutefois M. Dorvilier juge que la solution haïtienne est la seule plausible. Le gouvernement doit mobiliser les forces constitutionnelles pour ramener la paix et la tranquillité. LLM / radio Métropole Haïti

Publicité