La nouvelle mission de médiation OEA/CARICOM débute ses travaux

176

Le secrétaire général adjoint de l’Organisation des Etats Américains (OEA), Luigi Einaudi et l’envoyé spécial de la CARICOM , Julian Hunt , entament véritablement leur mission dans le pays ce mercredi 12 juin 2002. Messieurs Einaudi et Hunt doivent rencontrer le président de la République, Jean Bertrand Aristide et les leaders de la Convergence Démocratique au courant de la journée. Les émissaires internationaux qui sont au pays depuis le lundi 10 juin tentent de relancer les négociations entre les protagonistes haïtiens en utilisant la formule de la navette avec l’espoir de ramener les deux (2) parties à la table des discussions. Les consultations qui devraient commencer dans la soirée du mardi 11 juin à l’hôtel Montana n’ont pu se tenir .La séance de travail prévue entre la Convergence et la mission conjointe OEA/CARICOM a été annulée car le président Jean Bertrand Aristide ,de retour de Rome du sommet de la FAO sur la faim , avait choisi de rendre visite aux médiateurs à l’hôtel Montana. L’arrivée surprise du chef de l’Etat a donc entravé cette rencontre, selon des sources diplomatiques. Jean Bertrand Aristide qui s’exprimait devant ses ministres et quelques membres du secteur privé a affirmé qu’il était prêt à participer personnellement aux négociations pour sortir le pays de l’impasse. “ L’heure de vérité a sonné. Mettons de côté l’orgueil et tout ultimatum pour regagner la table des discussions”, a déclaré le président du 26 novembre. La Convergence Démocratique parle de violation des règles du jeu par le chef de l’Etat qui a choisi l’hôtel Montana pour s’adresser à la nation suite à sa participation au sommet de Rome sur les problèmes de la sécurité alimentaire dans le monde . La principale coalition de l’Opposition par la voix du professeur Gérard Pierre Charles déplore cet incident et se dit prêt à retourner à la table des discussions. Toutefois, elle réclame le respect par le parti au pouvoir de la résolution 806 de l’OEA qui fait notamment injonction au gouvernement Lavalas de faire la lumière sur les évènements du 17 décembre 2001 (attaque du Palais National par des inconnus armés et incendie des locaux des principaux partis de l’Opposition par des partisans du pouvoir Lavalas) et de punir les coupables .

Publicité